rire

ECHOS STADISTES n°15 2016-2017

ÉCHOS STADISTES – ÉCHOS STADISTES – ÉCHOS STADISTES    (N° 15)

SAISON 2016 - 2017

UN REVERS DECEVANT

DECEPTION….c’est le maître mot qui a suivi le coup de sifflet final du dernier match à Espinassou autour et sur la pelouse. Aussi bien sur le visage des joueurs et de leur encadrement, que des dirigeants et des supporters pourtant venus en nombre pour assister à une belle « remontada » niortaise face à Orsay. Tous, ils avaient l’espoir de faire ou voire basculer la balance et de vivre un super moment.

Tel n’a pas été le cas à cause d’un écart de 15 points trop important et consenti sur le pré orcéen en région parisienne. Cette défaite sur le score de 23 à 8 a donc eu un double effet : très grosse pression sur les épaules des Stadistes et maintien en Fédérale 2….même si la régularité des résultats en rencontres de poule et un excellent parcours pourraient trouver une récompense venant des instances fédérales.

Il fut un temps où la FFR a refusé la montée au Stade Niortais pour raison financière bien que acquise sur le terrain. Cette année, à l’issue de ce revers, les dirigeants pensent alors que l’inverse pourrait se produire. Ce serait une justice par rapport à l’investissement des joueurs toujours prêts à en découdre pour donner le meilleur d’eux-mêmes et pour porter haut les couleurs du club, mais aussi de la nouvelle équipe dirigeante avec à sa tête le président Jean Pierre Martin qui depuis Mai 2016 a fourni un travail énorme pour permettre cette opportunité.

UNE INVITATION A LA F1 ?

De plus, la restructuration du championnat Amateurs à chaque niveau de Fédérale fait que « c’est l’année où il faut monter d’une division ». En effet, les poules passent de 10 à 12 clubs avec l’annulation de toutes les descentes. Pour autant, des clubs sont en difficultés soit sportivement soit financièrement, donc non à l’abri de sanctions de la part de la DNACG. D’autres ne souhaitent pas se maintenir suite à une saison « galère » et n’envisagent pas subir une sanction qui serait de fait plus lourde. Enfin, parmi les vainqueurs des huitièmes de finale (comme Orsay), ceux-ci ont tout loisir dans le même cas de figure de refuser l’accessit.

A travers un raisonnement très simpliste, des clubs déjà en difficultés au classement et maintenus par obligation (9e et 10e de poule) seront à la lutte avec les deux récipiendaires débarquant au même niveau. De manière cartésienne, la probabilité de se maintenir serait double, soit 4 clubs pour 2 places de relégués en fin de phase régulière sur la saison 2017-2018.

Ce décor planté, revenons en quelques lignes sur cette rencontre des 8e de finale retour en connaissant le challenge s’offrant aux Niortais. Quelle option adopter pour refaire le retard : l’écart aux points ou le bonus offensif avec plus de 7 points en plus au tableau d’affichage. Voilà le dilemme sur lequel Sébastien Morel et Rémi Lescamel ont du se pencher durant la semaine entre les deux rencontres. Quelle solution adopter?????

A l’heure de jeu, la première option semblait être la meilleure. Mais très vite, le jeu des Niortais s’est liquéfié ce qui a permis aux joueurs d’Orsay de refaire surface pour réduire le score et finalement s’imposer 19 à 25. Qualification pour la suite et accession en Fédérale 1, le retour en région parisienne fut très heureux.

UN MANQUE DE FRAICHEUR

Sébastien Morel (entraineur du Stade Niortais) avoue que « nous n’avons pas réussi à le faire. Nous avions opté pour la recherche du bonus offensif. En cela, nous avons pris le match par le bon bout. Nous subissons avec des joueurs diminués et surtout de nombreuses blessures qui ont fragilisé notre groupe pour ces derniers matchs qualificatifs. Les jeunes n’ont pourtant pas démérité. Cela nous permet de mesurer le fossé qui existe entre le groupe de l’équipe première et celui de la réserve. Nous ne pouvons pas galvauder notre saison sur un seul match. Nous savons ce qu’il nous reste à construire qui obligatoirement doit passer par un bon recrutement à l’intersaison ».

Son homologue orcéen, David Riquel considère cette victoire comme « une grosse satisfaction pour le club, soit une accession qui n’était vraiment pas prévue en début de saison. De voir l’entame de match, nous avons eu quelques frayeurs lorsque les Niortais ont eu deux essais d’avance. Alors, à partir de là, mes joueurs ont pris des risques très positifs ».

Thimotée Digout (demi de mêlée niortais et capitaine du jour) exprime sa déception et celle du groupe. « Ce fut délicat en première mi-temps en étant dominés en touche et sur les rucks. Nous avons remis la main sur le ballon, ce qui nous a autorisés à croire en notre chance de passer. Mais nous avons manqué de fraîcheur après l’heure de jeu ».

Lors les jours suivants, Romain Chauvet, arrière du Stade Niortais, revient sur cette déception. « Nous voulions réellement monter avec ce groupe. Partant avec un gros handicap de quinze points, nous payons comptant notre triste prestation du match aller. Je suis convaincu que nous avions la place pour nous refaire. Soulignons que notre adversaire a signé une sacrée performance et restera le meilleur que nous ayons rencontré au cours de cette saison ». Il confirme qu’en fin de match le manque de physique a nui aux Niortais. « Dans le dernier quart d’heure, c’est devenu compliqué. Nous n’avions plus de jambes. La saison se termine brutalement et nous prenons un sacré coup derrière la tête. J’ai du mal à concevoir l’échec et je compte bien poursuivre avec le Stade Niortais pour arriver à nos fins soit au plus haut niveau amateur ».

LA BONNE NOUVELLE

Dans les couloirs du club house, l’hypothèse d’un repêchage faisait son chemin à la suite de cette élimination. Les membres du bureau du SNR savaient que le club était classé premier de toutes les équipes de Fédérale 2 à l’issue des matchs de poule. De plus, des clubs de Fédérale 1 étaient en situation délicate sur le plan financier. Et là, la DANCG est sans pitié…pouvant ainsi ouvrir des portes pour inviter des postulants désireux de franchir le pas (comme le Stade Niortais).

Le président Jean Pierre Martin conservait alors son téléphone tout prêt de lui en cas de sollicitation. Il n’a pas mis très longtemps à décrocher avec à l’autre bout du portable un dirigeant de la FFR pour évoquer la nouvelle tant attendue et désirée.

A partir de là, tout s’est enchaîné très vite. De réunions de bureau en comités directeurs, la décision est prise pour répondre positivement à l’invitation de la FFR même en toute connaissance des nouvelles dispositions prises pour ce premier niveau amateur et de leurs conséquences. Fini la Réserve et bienvenue les Espoirs de Moins 23 Ans (joueurs entre 18 et 23 ans) sur un championnat indépendant et sous une formule différente.

Un budget de la saison en cours bien ficelé, un autre à titre prévisionnel pour la saison prochaine à l’identique, la DANCG valide la sollicitation des instances fédérales en attendant l’Assemblée Générale de la FFR à Bourges. L’annonce peut donc est officialisée auprès de la presse locale mais surtout des joueurs qui ont accueilli la confirmation, cette fois, avec un grand sourire nourri d’applaudissements soutenus vers les membres du bureau qui n’ont pas lâché le morceau.

Tous les acteurs se félicitent de pouvoirs offrir aux supporters une vision différente du rugby qui leur sera proposée avec des adversaires nouveaux, de la région Nouvelle Aquitaine.

 

LES BENEVOLES HONNORES

Une autre satisfaction, et pas des moindres, est venue récompenser le travail accompli tout au long de la saison, par une bande de bénévoles très dévoués et assidus. En effet, le Stade Niortais a été désigné par ses paires comme le club le plus accueillant. Le principe veut que chaque équipe de la poule remplisse un bulletin en cochant différents critères. La FFR étudie alors les retours et classe les clubs, le meilleur se voyant adressé un courrier.

Ce dernier réceptionné par le Stade Niortais, classé premier, lance une invitation à deux bénévoles pour un week end complet à Paris avec en fil rouge la finale du TOP 14 sous le thème de « Rugby Passion ».

Tout commence sur le quai de la gare niortaise le samedi 3 Juin 2017 à 7:18 pour Jean Marc Mahieux (le cuisinier en chef) et Claude Poussard (le logisticien) pour arriver à l’hôtel Ibis au pied de la Tour Eiffel. Suit une prise en charge parmi d’autres élus de toute la France pour une visite du Centre National du Rugby à Marcoussis, repas et couchage sur ce site (comme des internationaux) après une remise de trophées et de cadeaux.

Dimanche matin, après un petit déjeuner au CNR, ils partiront en bus vers un retour à l’hôtel Ibis pour la perception de leur chambre avant un repas au restaurant de la même enseigne. Puis à 16 :00, départ pour le Stade de France afin d’assister en ouverture à la finale de la Coupe de Fédération entre les comités du Midi Pyrénées et de la Côte Basque Landes, puis la finale du Top 14 entre Toulon et Clermont. Après la remise du Bouclier, la soirée sera libre !!!!

Après un réveil peut-être un peu difficile et un bon petit déjeuner, il faudra alors penser au retour pour une arrivée à Niort vers 14:30 le Lundi 5 Juin 2017. A parier qu’ils auront de belles choses à nous raconter…qu’ils profitent et se laissent vivre lors de cette totale prise en charge.

LES MOINS DE 14 ANS A MARCOUSSIS

Ces deux compères auront peut-être l’occasion de croiser d’autres niortais du côté de Marcoussis. En effet, nos jeunes stadistes seront également présents lors de cette finale 2017 dans « la soucoupe illuminée » de la Seine Saint Denis. Partis dès Samedi matin direction Marcoussis, les représentants des Moins de 14 Ans accompagnés de leurs éducateurs disputeront leurs finales le dimanche 4 Juin 2017:

  • - pour le Orange Rugby Challenge avec Hugo Raison, Mac Flouan Mutungwa, Simon Tapin et Mathieu Mousset
  • - pour le Challenge National Arbitre avec Léo Poque, Antoine Naud, Marc Boutiller et Lucas Gelin (n’oublions pas de citer leurs copains Hugo Garcia, Charles Airault et Gwenal Chatelier qui ont participé à cette qualification mais non retenus au cause de la limite d’âge et qui avaient terminé premiers du Grand Ouest).

Les trophées seront remis aux vainqueurs avant le coup d’envoi de la finale ou au cours de la mi-temps. Bonne chance à eux….

 

                                                     Rugbystiquement, en attendant la suite….                                                                                           

                                                                                           Eric Massounie

VISITES depuis octobre 2014

1.png0.png1.png3.png1.png6.png
Aujourd'hui161
Cette semaine376
Ce mois1905
Total101316