rire

ECHOS STADISTES n°31 2015-2016

ÉCHOS STADISTES – ÉCHOS STADISTES – ÉCHOS STADISTES    (N° 31)

SAISON 2015 – 2016

«NOUVEAU PLAN DE BATAILLE»

Le ticket pour une accession en Fédérale 1 laissé en « caisse » malgré la victoire trop courte obtenue face à Millau, les dirigeants du Stade Niortais ont présenté aux partenaires majeurs un projet pour franchir durablement un niveau.

L’élimination de l’équipe première entérinée, il est devenu temps de penser à l’avenir le plus proche pour la saison prochaine mais aussi à plus long terme pour l’avenir du club. « Les bonnes fées » qui veillent depuis quelques années sur notre club plus que centenaire, se doivent de faire passer le mieux possible la déception qui se voyait sur le visage des joueurs comme sur celui des supporters et dirigeants dimanche dernier.

OBJECTIF LA FEDERALE 1

Le président Bernard AROLDI ne cache pas de son sentiment d’insatisfaction et surtout d’échec malgré un parcours en matchs de poule qui promettait. « Je suis convaincu que nous avions les moyens de franchir ces seizièmes de finale. Nous sommes victimes d’un manque de concentration surtout au cours de la seconde mi-temps lors de quelques minutes de flottements qui a permis aux Millavois d’inscrire l’essai de trop alors que nous développions notre jeu ». Il ne se retranche pas derrière « un faux paraître » sans pour autant en vouloir à ses troupes. « Cette double opposition face à Millau représente l’image de notre saison qui nous a vu inconstants dans le combat », surtout au cours de la phase retour (quatre défaites contre des équipes parfois mal classées). « L’investissement des joueurs et de l’encadrement a été total. Je ne peux en vouloir à personne. Il nous manque des patrons aussi bien dans la ligne des trois quarts comme dans le paquet d’avants afin de pouvoir prendre les bonnes décisions, faire les meilleurs choix et surtout concrétiser nos temps forts et de gérer les temps faibles ».

Il conclut en reconnaissant qu’actuellement, le Stade n’a pas à ses yeux sa place en Fédérale 1. « Il faut l’accepter en toute humilité ».

Maintenant, la réflexion se porte sur une stratégie et un projet qui pourront permettre au Stade Niortais d’atteindre cet objectif dans un délai de deux ou trois ans au plus. Sans Bernard AROLDI installé dans le fauteuil de Président depuis cinq années, décidé à passer la main, l’avenir doit se construire. Durant cette période, l’équilibre financier, en piteux état dès sa prise de fonction, est retrouvé. « Cette tâche menée à son terme avec succès constitue et représente pour moi ma grande satisfaction. Mon successeur sera issu du sérail Stade Niortais… Il pourra s’appuyer sur de bonnes bases».

UN BUDGET EN HAUSSE ?

Afin d’appréhender au mieux l’aspect visionnaire et la projection sur les mois prochains, à l’initiative de Jean Luc PELAUD, président de la Mutuelle APIVIA, partenaire majeur du club niortais, une réunion a regroupé ces collègues bienfaiteurs et le président niortais. Pour ce dernier, « il est primordial de faire comprendre à tous nos sponsors qu’une montée, cela s’anticipe sur le plan financier ». De par son expérience, Bernard AROLDI est conscient et revendique que le passage du budget de 900 000€ à 1 100 000€ faciliterait un recrutement de ces fameux joueurs d’expérience, nécessaires à un effectif qui a souffert d’un manque de densité sur le banc, au niveau des remplacements.

De sources sûres, le duo d’entraîneurs Rémy LESCAMEL et Sébastien MOREL devrait être maintenu à la tête du groupe. Côté joueurs, cinq ou six licenciés seraient en partance pour d’autres cieux. Une certitude concerne Martin MERLING qui envisage de s’investir professionnellement dans l’entreprise familiale.

En parallèle, il est important voire incontournable de penser et de se pencher sur la formation interne. Les dirigeants se doivent de tirer les conclusions de la saison écoulée chez les Moins de 16 et les Moins de 18 Ans. Prendre les bonnes décisions quant au rapprochement avec les voisins chauraisiens dans ces deux catégories sous l’égide de la continuité concernant l’Entente RCN XV dont la qualification des Cadets et des Juniors traduit le bien fondé de celle-ci. Dans ce domaine, une proposition de projet en interne soutenue par quelques responsables de l’Ecole de Rugby ne peut être négligée.

L’EQUIPE B POURSUIT

Nouvelle belle performance de la Réserve qui est en train de monter en puissance. Après un premier tour remporté face à Gaillac (20 à 10), les Niortais avaient à cœur de gagner la belle face à leurs homologues de Lormont. Vainqueur chacun leur tour en phase régulière, c’est donc sur terrain neutre que les Niortais ont battu les Girondins avec un écart important sur le score de 30 à 18. Déjà aux citrons les hommes du duo POQUE-GUILLET avaient bien les choses en main, menant 24 à 11.

Ce succès en huitièmes de finale propulse ainsi les Niortais parmi les 8 meilleures équipes des Réserves de Fédérale B. En cela, par rapport à l’objectif de début de saison, voilà une excellente performance pour les jeunes stadistes. Ils poursuivent leur chemin. « Nous réalisons une superbe entame de match en marquant rapidement », souligne Lionel POQUE. « Nous souffrons d’une baisse de régime en fin de première mi-temps ce qui nous fait concéder un essai avant les citrons, ce qui réduit l’écart et remet notre adversaire en course ».

Sur leur lancée, les Lormontais reviennent des vestiaires avec les mêmes dispositions et font souffrir les Niortais. « A la reprise, nous continuons de prendre la pression d’un adversaire qui ne lâche rien. Mais notre défense est solide et nous ne concédons aucun point. Au contraire, à la suite de quelques relances, notre domination territoriale nous permet d’inscrire deux pénalités. Dans les dernières secondes, l’essai inscrit par Lormont ne nous met pas en danger et porte simplement le compteur à 18 points au lieu de 11, ce qui est anecdotique ».

Ayant produit beaucoup de jeu en début de rencontre et dressé une ligne défensive hermétique, « notre victoire est méritée » retient Lionel POQUE. « Nous marquons sur nos temps forts et nous gérons au mieux nos temps faibles ». Voilà un bon résumé pour cette qualification en quarts de finale contre une équipe encore bien connue des Niortais puisqu’il s’agit de Morlaas, vainqueur de Peyrehorade et adversaire rencontré à deux reprises en phase régulière. Deux clubs de la même poule à ce niveau de la compétition dévoilent que le niveau des équipes Réserves de la poule 8 est performant et relevé.

Seulement au cours de ces deux oppositions, les Niortais comptabilisent deux défaites sur des scores très serrés : 20 à 22 à Espinassou et 12 à 16 à Morlaas. Mais cette fois sur terrain neutre, les débats seront différents et l’équipe niortaise aura meilleure allure. De plus avec la dynamique et la maturité qui animent les garçons, ceux-ci possèdent les paramètres rugbystiques pour aller plus haut… « C’est faisable » retient Lionel POQUE. « Notre rêve… secret serait d’aller au bout ». C’est tout le bonheur que nous souhaitons aux Stadistes. Mais attention la route est encore longue…

L’équipe qui avait battu Gaillac, était la suivante, très proche de celle qui a joué Lormont : Cousin, Giraud, Gaubert ; Gaillot, David ; Pelloquin, Alvarez, Pitaud ; (m) Boissinot ; (o) Rassinoux ; Le Bourhis, Juin, Carrère, Beinchet ; Beaufils. L’encadrement déplore seulement les absences de Julien Rassinoux en troisième ligne qui vient de subir une opération et de Robin Pénigaud souffrant d’un genou, tous deux très déçus de ne pouvoir être partie prenante à cette aventure le maillot sur les épaules.

Quelques éléments des Moins de 18 Ans viennent apporter beaucoup de fraîcheur à ce groupe qui devient à chaque étape franchie très homogène et ambitieux.

Que votre route soit longue !!!!!

LES AUTRES DE LA FEDERALES 2

Pour ce second tour éliminatoire en double confrontations dont les vainqueurs auront leur billet pour la FEDERALE 1, Saint Jean d’Angély a peut-être hypothéqué sa qualification largement dominé par Gaillac sur le score de 23 à 8.

De son côté, le tombeur de Niort, Millau a remporté la première manche 22 à 21 contre Trélissac. Mais ce faible écart pourrait être préjudiciable aux Millavois.

Pour information, Soyaux-Angoulême et Vannes accèdent à la PRO D2 après une excellente saison en Fédérale 1. Ils ont éliminé de la course au professionnalisme en demi-finales du Trophée Jean Prat respectivement Bourg en Bresse (22-17 à l’aller et 22-19 au retour) et Massy ( 32-31 et 25-13), soit deux clubs juste descendus de ce niveau.

                                                    Rugbystiquement, en attendant la suite….                                                                                           

                                                                                          Eric Massounie

VISITES depuis octobre 2014

1.png0.png1.png3.png1.png7.png
Aujourd'hui162
Cette semaine377
Ce mois1906
Total101317