rire

ECHOS STADISTES n°8 2015-2016

ÉCHOS STADISTES – ÉCHOS STADISTES – ÉCHOS STADISTES    (N° 8)

SAISON 2015 – 2016

UN JOKER … ETUDIANT

Bien des clubs professionnels et amateurs profitent de longues blessures de joueurs pour s’octroyer la possibilité de recruter un  « joker médical » ou deux.

Et bien le Stade Niortais s’est lui offert le luxe de procéder à ce que nous pourrions qualifier d’un recrutement comme « joker….étudiant ». En effet, au cours de la semaine 43, est arrivé sur le sol français, et plus précisément dans le chef-lieu des Deux Sèvres, un jeune sud-africain qui plus est joueur de rugby.

Erasmus CHRISTIAAN, âgé de 20 ans, s’est présenté au porte du stade Espinassou accompagné de son père Willem, désireux de suivre son fiston pour ces premiers jours en France. Le Président Bernard Aroldi et le Secrétaire Général Patrick Guégan étaient bien évidemment au courant depuis plusieurs semaines, conservant secrète cette nouvelle signature au club.

De sa province natale de Mpumalanga (ex province du Transvaal redécoupée en 4 parties), de la ville de Nelspruit (capitale de celle-ci à 300 kilomètres au nord de Johannesburg), il a déjà participé à des entraînements avec ses nouveaux camarades de jeu.

Au poste de demi de mêlée, sa saison vient de s’achever pour le compte des Moins de 21 Ans des CHEETAHS, un état libre sud-africain. La barrière de la langue a tout de suite été compensée par le vice-président des Anciens en la personne de Bernard PACAUD, bilingue et très à l’aise dans les échanges. Toutefois, Erasmus aspire à apprendre et à maîtriser très rapidement la langue de « Molière » à travers des cours dispensés par la Chambre de Commerce de Niort.

Son gabarit devrait en faire un neuvième avant au poste de numéro 9 avec des bras de …. « camionneurs » qui démontrent le travail accompli en « brassage de fonte ». Selon ses termes, « sa venue s’opère en toute humilité » alors que « le Stade Niortais se félicite de cette nouvelle opportunité pour compléter son effectif sénior afin de rendre la concurrence plus forte » avance Patrick Guégan.

Les démarches administratives étant bien entamées et la trêve Coupe du Monde poussant le prochain match à Lormont le 1er Novembre 2015, Erasmus Christiaan pourrait faire ses premiers pas sous les couleurs niortaises dans le cadre de ce déplacement avant de se faire connaître huit jours plus tard des supporters, lors de la venue de St Jean d’Angély.

UN DOSSIER A RE-OUVRIR

Voilà un débat qui traîne depuis bien des années et dont un dossier serait à ré-ouvrir dans un bureau des sports et d’un responsable des équipements sportifs en Mairie de Niort. Déjà l’an dernier, nous l’avions évoqué lors de la venue du voisin St Jean d’Angély. L’éclairage….pour l’organisation de rencontres en nocturne.

En effet, nous rebondissons sur le fait que le club de rugby Saint Maixentais, le SASM, a dernièrement disputé en championnat territorial son derby deux sévrien face au COB 79 (entente Bressuire-Cerizay) un samedi soir devant plus de …300 personnes. Nous parlons là d’une rencontre au niveau de la poule B du championnat régional, soit niveau Première ou Deuxième Série, soit encore presque 5 divisions sous celle où évolue le Stade Niortais.

De plus, à la faveur de ce type d’installation, le même club s’est vu confier l’organisation d’un match entre sélections régionales dans le cadre de la Coupe de la Fédération (Deuxième tour) entre le Béarn et la Bretagne. Là encore, le coup d’envoi a été donné à 20 :30, ce qui traduit la validation de l’éclairage par les instances fédérales.

Certainement que les ambitions des dirigeants de Saint Maixent, ville deux sévrienne dont les moyens doivent être bien inférieurs à ceux de la cité niortaise, ne s’arrêteront pas là… Belles opportunités que de pouvoir programmer des matches de rugby sur ces créneaux ce que le Stade Niortais ne peut pas se permettre.

Ainsi pourquoi ne pas délocaliser au stade du Champ de l’Ile, par exemple un derby de championnat de la poule 8 entre le Stade Niortais et St Jean d’Angély au lieu d’une programmation en milieu d’après-midi un dimanche. Dommage !!! Car pour cela il conviendrait de déplacer les tribunes du stade Espinassou (encore que…). A 20 kilomètres de Niort, voilà un club bien nanti qui laisse les dirigeants niortais plutôt rêveurs et ….le trésorier du Stade Niortais des plus perplexes.

Que faudrait-il faire pour une réaction de la Municipalité et de ses services compétents pour réactiver de manière efficace ce dossier « éclairage » que notre président Bernard Aroldi se ferait un plaisir de porter à bout de bras ?

DES VACANCES ET UNE TREVE STUDIEUSES

Forts de leurs trois victoires bonifiées et d’un 15 sur 15 sur le plan comptable, les Niortais ont profité d’une première semaine de congés n’ayant tout juste qu’un programme personnalisé à suivre afin de ne pas perdre les acquis.

La Coupe du Monde brillant de tous feux, cette trêve de trois semaines a permis de régénérer les corps et de soigner les blessures de certains. Mais très vite, la réalité a rattrapé les joueurs du staff technique stadiste par une seconde semaine très poussée sur le plan physique. Courses, ateliers en mode fractionné, longues séances en opposition ont meublé les entraînements, alors que les fragilisés se dépensent en salle de musculation et se voient prodiguer des soins réparateurs.

La troisième semaine, de post reprise du championnat, s’attache à la mise en place et sur le jeu. En effet, sur cette période en manque de compétitions, il convient de conserver le rythme, de réviser et de parfaire les combinaisons. L’adage « sans cesse sur le métier remettre l’ouvrage » trouve en l’espèce son entière signification.

Il y a fort à parier que les deux prochaines échéances seront plus parlantes pour nos deux équipes séniors. Lormont voudra être le premier à faire trébucher le numéro 1 de la Fédérale 2, alors qu’il conviendra de prendre une revanche le 8 Novembre 2015 sur le match de l’an dernier avec la réception des Angériens dans un derby haut en couleur et en animation, avant de clore ce nouveau triptyque en déplacement à Morlaas.

DE BONNES STATISTIQUES

Nous ne reviendrons pas sur les trois succès glanés par l’Equipe Première du Stade Niortais, mais simplement vous présenter quelques chiffres attestant de la bonne santé du groupe…

En attaque, 109 points ont meublé les différents tableaux de marque pour 37 points encaissés, soit un score moyen pour les trois premiers actes de 36 à 12 en faveur des Niortais.

Ces derniers ont pointé 14 fois en terre promise affichant une moyenne de 4,67 essais par rencontre, contre 3 encaissés. La reprise en seconde mi-temps sur la période courant de la 41e à la 50e, se veut très bénéfique puisqu’ils ont franchi à 5 reprises la ligne d’en-but adverse pour un cumul de 31 points acquis.

En défense, la vulnérabilité des hommes du duo Lescamel-Morel se situe entre les 11e et 20e minutes avec 16 points marqués par leurs adversaires, soit presque la moitié des 37 encaissés en une période de 10 minutes.

L’ouvreur FAYS est le meilleur marqueur avec 4 essais au compteur alors que dans son rôle de buteur son camarade et arrière SAPPARART est le plus prolifique avec 42 points inscrits, le positionnement comme un des meilleurs réalisateurs de la Fédérale 2 (1 essai, 11 transformations et 5 pénalités).

Au niveau discipline, 3 joueurs se sont vu infliger un carton, voire deux…pour un total de 4, 2 blancs et 2 jaunes. Les Niortais ont ainsi joué en infériorité numérique pendant 6% du temps de jeu, donc 40 minutes sur 240.

                                                      Rugbystiquement, en attendant la suite….                                                                                           

                                                                                           Eric Massounie

VISITES depuis octobre 2014

1.png0.png1.png3.png1.png3.png
Aujourd'hui158
Cette semaine373
Ce mois1902
Total101313